Position du chercheur et ethnographie multi-située

L’article désormais classique de Georges E. Marcus, “Ethnography in/Of the World System: The Emergence of Multi-sited Ethnography1 propose un riche cadre de référence pour penser mon positionnement et le type d’ethnographie que je tiens à développer.

La réflexion de type méthodologique développée par Marcus dans cet article fait le point sur un champ ethnographique qui ne veut/peut plus dissocier “lifeword and system”2. Il rappelle très justement que la plupart des logiques culturelles reprises par l’anthropologie sont en partie constituées “within sites of the so-called system (i.e. modern interlocking institutions of media, markets, states, industries, universities – the worlds of elites, experts, and middle classes)3. Mais si le lien entre “lifeworlds of subjects and the system” ne tient plus, quel peut être la visée de l’ethnographie qui reste une discipline attachée à développer un point de vue local et proche des sujets étudiés (la fameuse injonction, “suivre les gens”). Pour Georges Marcus, il s’agit de

“discover new paths of connection and association by which traditional ethnographic concerns with agency, symbols, and everyday practices can continue to be expressed on a differently configured spatial canvas”4

Ce type de proposition génère chez les chercheurs un certain nombre d’anxiétés. L’ethnographie peut-elle à la fois développer une connaissance intime des communautés et des groupes issue d’un face-à-face avec les interlocuteurs et s’imposer comme un exercice de cartographie de terrain. C’est que cette dernière activité ne peut se comprendre comme une représentation globale du système à travers l’étude d’une de ses parties. Au contraire, le “global” fait partie intégrante de la partie du monde étudiée, il n’est en aucune manière extérieur à lui. De la même manière, une ethnographie multi-située ne perd pas ce qui constitue l’essentiel du travail de terrain pour une monographie, la traduction d’un idiome culturel vers un autre. Au contraire, construire et cartographier une ethnographie multi-située, c’est développer la

“capacity to make connections through translations and tracings among distinctive discourses from site to site”5

Renoncer à la distinction “lifeworlds/system”, c’est aussi abandonner le focus habituel de l’ethnographie vers des sujets “subaltern” dans le sens de leur positionnement par rapport à un système de domination issu des modèles capitalistes et colonialistes. Au contraire de ce qui se faisait largement au sein de l’anthropologie comparative, les objets de comparaison ne sont pas connus à priori mais sont construit par les liens que les différents “sites” nouent entre eux dans la pratique ethnographique:

“Thus, in multi-sited ethnography, comparison emerges from putting questions to an emergent object of study whose contours, sites, and relationships are not known beforehand, but are themselves a contribution of making an account that has different, complexly connected real-world sites of investigation”6

A travers les différentes “techniques “utilisées par les ethnographes, des plus classiques aux moins usitées, Marcus dégage des “façons de faire” qui  permettent de tracer des objets à travers plusieurs sites étudiés. Par exemple, dans le cas de Rouse7 qui travaille sur la diaspora mexicaine à l’aide de la technique la plus commune en ethnologie qui consiste à “suivre les gens”, il signale comment l’ethnographe

“materializes a new object of study, a sense of a diasporic world independent of the mere movement of subjects from one place to another”8

La technique qui consiste à “suivre les choses” plutôt que les gens a été particulièrement bien revisitée par Arjun Appadurai dans sa collection The Social Life of Things. On signalera également le travail de Feld sur la “world music”9. En ce qui concerne le procédé qui consiste à “suive des métaphores”, c’est le travail de Donna Haraway10 qui illustre le mieux ces nouvelles réflexions méthodologiques11. Marcus propose des voies moins usitées comme suivre une intrigue (Brooks P. 1984, Boyarin J. 1994), des biographies (Fischer MJ, 1991, 1995) ou encore les conflits, comme le réalise l’anthropologie juridique (Gaines J. 1991). Parmi les monographies, on trouve des travaux qui échappent à l’articulation classique entre objet “subalterne” et système de domination capitaliste ou néo-colonial, et qui révèlent une situation “stratégique” et localement circonstanciée (Paul Willis, 1981).

Mais la plus grosse difficulté pour une ethnographie qui se prétend multi-située demeure dans le travail de traduction:

“What among locally probed subjects is iconic with or parallel to the identifiably similar or same phenomenon within the idioms and terms of another related or “worlds apart” site?”12

L’argument de Marcus rejoint ici celui développé par Bruno Latour autour d’une attention flottante, dont nous avons parlé dans l’article précédent:

“Within a single site, the crucial issue concerns the detectable system-awareness in the everyday consciousness and acions of subjects’lives”13

Pour terminer, Marcus développe une réflexion sur le positionnement du chercheur dans un tel cadre d’intervention (ethnographie multi-située) qui rejoint celle de Michel Callon sur “l’attachement” propre au travail du sociologue. Marcus parle “d’activisme”. Pour lui, ce terme n’a rien à voir avec l’activisme des intellectuels de gauche, il n’est pas en relation avec un mouvement social particulier, encore moins en lien avec une avant-garde intellectuelle à un moment historique. Le terme d’activisme ne peut se comprendre ici qu’en lien avec les conditions spécifiques dans lesquelles oeuvre le chercheur lorsqu’il est plongé dans une ethnographie multi-située:

“In conductiong multi-sited research, one finds oneself with all sorts of crosscutting and contradictory personal commitments. These conflicts are resolved, perhaps ambivalently, not by refuge in being a detached anthropological scholar, but in being a sort of ethnograher-activist, renegotiating identities in different sites as one learns more about a slice of the world system. For example, in Martin’s Flexible Bodies, she is an AIDS volunteer at one site, a medical student at another, and a corporate trainee at a third”14

“This condition of shifting personal positions in relation to one’s subjetcs and other active discourses in a field that overlap with one’s own generates a definite sense of doing more just ethnography, and it is this quality that provides a sense of being an activist for and against positioning in even the most self-perceived apolitical fieldworker”15

  1. in Annu. Rev. Anthropol. 1995. 24:95-117 []
  2. p96 []
  3. p97 []
  4. p98 []
  5. 101 []
  6. 102 []
  7. Rouse R. 1991. Mexican migration and the social space of postmodernity. Diaspora1: 8-23 []
  8. 106 []
  9. Feld S. 1994. From schizophonia to schismogenesis: on the discourses and commodification practices of “world music” and “world beat”. In Music grooves, by C Keil, S Feld, pp. 257-89. Chicago: Univ. Chicago Press []
  10. Harraway, D. 1991. Simians, Cyborgs, and Women: The Reinvention of Nature. New York: Routledge []
  11. également, Martin E. 1994. Flexible Bodies: Tracing Immunity in American Culture From the Days of Polio to the Age of aids. Boston: Beacon []
  12. 111 []
  13. 111 []
  14. 113 []
  15. 113-114 []
Posted in Lectures / Readings | Leave a comment

Imitation

Selon le Petit Robert, voici les différents sens du terme Imitation :

1 – Action de reproduire volontairement ou de chercher à reproduire (une apparence, un geste, un acte d’autrui); résultat de cette action. Reproduction volontaire ou involontaire, consciente ou inconsciente, de gestes, d’actes.

2 – Le fait de prendre quelqu’un pour modèle (dans l’ordre intellectuel, moral)

3 – Reproduction des aspect sensible de la nature par l’art

4 – Action de prendre l’oeuvre d’un autre pour modèle, de s’en inspirer

5- Oeuvre sans originalité, imitée d’un modèle

6 – Reproduction artificielle d’un objet, d’une matière; l’objet imité d’un autre

7 – Mus. Répétition par une partie d’un motif, d’un thème musical énoncé par une autre partie

Références

Bruno Latour, “La société comme possession – la “preuve par l’orchestre”, in Didier Debaise (sous la direction de ) Anthologies de la possession, Presses du Réel, décembre 2011.

Michel Serres, Le Parasite, Grasset, Paris, 1980

Posted in Vocabulaire | Leave a comment

Musiques du monde: premières réflexions sur une catégorie qui n’existe pas # 1

Ce billet est un essai de réflexion sur la non-existence des musiques du monde comme catégorie capable de décrire le réel d’une action en musique. Je m’appuie ici sur les idées du sociologue des sciences Bruno Latour à propos de la sociologie de Gabriel Tarde1. Bruno Latour s’interroge sur la signification de la phrase de Tarde: “Qu’est-ce que la société? On pourrait la définir de notre point de vue : la possession réciproque, sous des formes extrêmement variées, de tous par chacun”((Monadologie et Sociologie)). Le sociologue s’attache d’abord à expliciter l’expression “la possession réciproque de tous par chacun”, qui est loin de définir un état de choses chaotique où chacun pourrait inférer dans les affaires de l’autre. Il en dégage deux état de possession, une posture engagée et une posture flottante: “Même chose évidemment pour le chef d’orchestre, les violons, les tambours ou le gambiste: chacun possède tous les autres, mais la répartition des secteurs flottants et des secteurs engagés de l’attention varie en fonction de chacun”. Cette vision n’est pas sans rappeler celle de Walter Lippman lorsqu’il essaie de définir un engagement commun et minimal du public en politique2. Chacun déploie tour à tour et en même temps une attention flottante à l’ensemble de l’orchestre, pour, au moment opportun pouvoir jouer le morceau de la partition dévolu à son instrument, c’est l’aspect engagé de l’attention. Que se passe-t-il si l’on remplace l’entité “chef d’orchestre” par “musiques du monde”: sur quelles musiques travailles-tu? -Les musiques du monde!; c’est quoi sa musique? De la World Music! C’est un festival de musiques du monde? (mais en écrivant cela, je m’aperçois que ces expressions sont un peu surfaites, on ne les emploie pas dans la vie réelle, ou alors pour définir l’activité d’un critique musical ou d’un chercheur. Aucun musicien ne dira: je joue des musiques de monde, l’expression s’applique donc aux gens qui s’occupent de faire exister la musique en-dehors de la pratique). Lorsqu’une artiste se présente en disant : “je suis chanteuse, auteur-compositeur et j’ai créé une école de musiques actuelles du monde”, est-ce que l’on peut dire que cette artiste déploie une attention flottante aux musiques du monde, musiques auxquelles elle s’attache plus fortement à certains moments de sa pratique? A l’inverse, l’entité “musiques du monde” n’existe que parce que des acteurs lui prête attention d’une manière ou d’une autre. De quelle manière les acteurs lui prêtent-ils attention? Est-ce que cette attention passe uniquement par les mots, le dire (et dans ce cas, peut-elle exister en-dehors de ce qu’un individu dit de la musique d’un autre individu?)? Existe-t-il des gestes, des compétences, des mimiques, etc, qui “prouverait” que la musique que l’on fait, met en scène, promeut, est de la musique du monde?

Pour Bruno Latour (qui analyse Tarde), le chef d’orchestre n’est en aucune manière un être supérieur capable de superviser l’ensemble, de lui donner un ordre, de même que la musique n’est pas un tout dans lequel les parties s’ordonneraient pour faire advenir l’existence de ce tout supra-organisateur: “il y a autant de touts qu’il y a d’entités puisque chacune possède toutes les autres sous un certain aspect (c’est la définition même d’une monade: refléter le monde entier sous un point de vue spécifique)”. Envisager la musique et les musiques du monde non pas comme un tout surplombant, capable d’expliquer les actions des individus agissant en musique mais comme une partie, nous ouvre de formidables perspectives. Bruno Latour continue: ” il ne faut donc plus dire que les parties ‘rentrent’ à l’intérieur d’une totalité, mais que les totalités emboîtées simplifient une portion infime de leurs mondes pour laisser passer de l’une à l’autre un fragment d’entre elles pris pour le tout”, puis un peu plus loin, il continue: “le tout est une partie prise pour le tout et qui circule autrement grâce à des formes auxquelles auxquelles il faut porter la plus extrême attention”. Donc, il y a bien une différence entre ce tout et les parties, non pas en termes de propriétés mais dans ces formes de circulation. C’est aux formes de circulation de l’entité “musiques du monde” auxquelles il faut dorénavant faire attention.

“L’harmonie est simplement l’effet, il est vrai miraculeux – mais cette fois-ci dans le sens de ténu, de fragile, de provisoire – par lequel des totalités se laissent parcourir, pour une partie au moins de leurs qualités et pour un temps seulement, par un groupe de caractéristiques qui les rend un tout petit peu plus semblables entre elles – avant qu’elles se mettent à différer, à diverger à nouveau”. Ce qui signifie que la totalité “musiques du monde” existe de façon éphémère et acquiert un sens à un moment donné, uniquement parce qu’un certain nombre d’entités possèdent durant ce moment des “caractéristiques un tout petit peu semblables”, sachant que le propre de ces totalités et de ces entités est de circuler, par conséquent, celui des caractéristiques est de diverger quoiqu’il arrive.

“Il n’y a, dans l’ontologie de Tarde, ni individu, ni groupe mais des individualisations et des regroupements”. Ce ne sont donc pas les musiques du monde qui préexistent à la réalité en train de se former ou à la musique en train de se pratiquer, et qui de ce fait permettrait de l’expliquer mais bien la réalité en train de se former qui peut conduire de manière éphémère à une individualisation que l’on pourrait nommer “musiques du monde”: “toute l’oeuvre de Tarde consiste à ce qu’on ne confonde pas l’explication avec ce qu’il convient, au contraire, d’expliquer”, ce qui revient à dire, dans notre cas que l’on ne peut considérer les musiques du monde comme un genre stabilisé capable d’expliciter les actions en musiques mais c’est au contraire cette mise en genre qu’il faut questionner et mettre en perspective: quand advient-il et de quelle manière?3 Il faudra donc s’intéresser à la circulation et aux regroupements de caractéristiques. Là-encore, Tarde à travers Bruno Latour, nous donne une piste:

“Il n’existe pas de groupe, mais les blocs provisoires de choses imitées recrutent autour d’elles des assemblages qui font groupe partiellement et pour un temps. (…) il y a d’abord des circulations d’imitations et ensuite des êtres dont on induit l’existence à partir de la variation qu’ils font subir aux flux d’imitations. (…) Partez des rayons imitatifs qui sont en effet des regroupements indivisibles de qualités et vous allez en induire de proche en proche l’existence provisoire de groupes et d’individus -c’est-à-dire de monades provisoirement regroupées et individualisées, avant qu’elles se redifférencient à nouveau. (…) Le tout n’est pas une totalité, mais une esquisse, un fil fin comme un trait de crayon, qui parcourt les totalités et parvient à les faire consentir à confier une partie d’eux-mêmes”.

Ce qui va donc nous intéresser dorénavant ce sont donc les blocs, circulations et flux d’imitations qui permettent à une totalité de s’esquisser à un moment donné. Par exemple, si on reconnecte cette réflexion à mon terrain, qu’elles sont les blocs, les flux qui circulent et qui permettent d’esquisser au sein de l’école des Musiterriens une pédagogie des musiques actuelles du monde?

Comme on peut le voir, l’entité “musiques du monde” n’est en aucune manière un tout supérieur aux parties qu’il justifie et explicite, bien au contraire, c’est sa fragilité qui la caractérise, car elle dépend de regroupements éphémère et toujours voués à se disperser: “l’harmonie, cette divine harmonie qui n’émerge que parce qu’elle n’est justement jamais un tout supérieur aux parties, mais ce par quoi les parties, chacune prise comme un tout, parviennent à se laisser posséder, pour une fraction d’elles-mêmes et seulement pour un temps ‘sous des formes extrêmement variées”.

  1. La société comme possession – la “preuve par l’orchestre”, Bruno Latour. Chapitre préparé pour un livre de Didier Debaise (sous la direction de ) ANTHOLOGIES DE LA POSSESSION, Presses du réel, parution décembre 2011 []
  2. Bruno Latour présente le PUBLIC FANTÔME de Walter Lippmann, Paris, Editions Demopolis, 2008 []
  3. pour le dire autrement,quand émerge-t-il, il existerait des modes d’émergence flottants pendant lesquelles les musiques du monde sont là parmi d’autres choses et des modes d’émergence engagés durant lesquels un certain nombre d’entités se regrouperaient pour former une sorte d’harmonie []
Posted in Lectures / Readings | 1 Comment

Reflexion sur mon positionnement dans la recherche-action #1

D’après l’article de Michel Callon, “Ni intellectuel engagé, ni intellectuel dégagé: la double stratégie de l’attachement et du détachement”, in Sociologie du Travail (1999) 41, 65-78

Dan cet article, Michel Callon emprunte à la sphère de l’action politique le terme de porte-parole et définit le travail du chercheur comme une double mission:

-Représenter, c’est-à-dire “s’établir en porte-parole légitime et incontestable” d’une entité

-Et intervenir “dans la constitution, dans la mobilisation de cette entité”.

Mais qu’est-ce qu’une entité. Pour les sciences dures, la compréhension semble intuitive: l’Adn, le quarks, le neutrino, etc. Mais en sciences sociales, à quoi peut bien ressembler une entité constituée et représentée par un chercheur ? Michel Callon donne quelques exemples “d’entités qui composent notre monde commun”: “habitants d’un village dans le Vaucluse, bandes d’adolescents vivant dans la rue, aliénés enfermés dans des hôpitaux psychiatriques, familles redéfinissant leurs rapports internes”, etc. Cette façon de représenter la sociologie au travers des entités représentées par les chercheurs permet de s’écarter d’une division en “théories” et d’appréhender des entités souples qui peuplent notre monde commun. Pour que celles-ci “entrent durablement dans notre société”, précise Callon, il faut que la représentation qu’en propose les chercheurs soient robustes.

Ce qui est plus difficile à comprendre, c’est la nuance entre le dévoilement et la représentation. “Le sociologue ne dévoile pas : il représente, et son succès dépend de sa capacité à rendre robustes ses représentations”, écrit Callon. Ces entités ne préexistent donc pas à une activité du chercheur qui serait de l’ordre de la découverte. Elles ne sont pas non plus entièrement construites par le chercheur puisqu’il en est le porte-parole. Le sociologue agirait donc de telle sorte à mettre en place un dispositif qui permette tout à la fois à l’entité de trouver sa place et au chercheur de se constituer comme porte-parole. La robustesse de la représentation se construit donc dans une alliance entre l’entité et le sociologue. Cette réflexion est un prélude à la constitution d’une “sociologie performative”. “Aux acteurs agis par des structures, noyés dans des contextes, ballotés par des champs, mis en scène par la sociologie du dévoilement (ou de l’Aufklärung), cette deuxième forme de sociologie substitue des acteurs faisant flèches de tout bois pour constituer de nouveaux collectifs, pour se donner de façon réflexive et volontaire des environnements à leur action et pour les mettre en forme”.

Le sociologue est donc engagé non parce qu’il prend parti politiquement pour une cause mais parce qu’il est attaché à une entité à laquelle d’autres acteurs sont attachés. “Les questions, généralement qualifiées de théoriques, que le sociologue se posait, voilà qu’on découvre que certains acteurs se les posent, et que c’est parce qu’ils se les posent que ces questions ont des réponses”. Dans le cas qui occupe ma recherche qui lie une institution, la Fondation de France, une école de musiques, des amateurs et des musiciens, la “maxime” édité par l’auteur s’applique parfaitement: “la sociologie ne peut faire l’économie de cette collaboration avec ceux qu’elle étudie, collaboration qui laisse aux sujets sous analyse toute l’autonomie dont ils ont besoin et qui les dote de tous les instruments d’auto-réflexivité qu’ils requièrent”. C’est ce que j’essaie de faire en communiquant le cours de mes réflexions et recherches, les documents que j’utilise aux les acteurs. Cet échange doit donc se faire dans tous les sens et vers tous les acteurs, y compris la Fondation de France. Callon continue: “Le tissu est sans couture. Emergeront sans aucun doute de ce processus de nouvelles formes d’organisation sociale mais également les connaissances permettant de les décrire et d’agir sur elles”. Il me semble que ce point est important, la co-construction d’une forme d’organisation collective et des connaissances permettant de les décrire. De même lorsque le sociologue insiste sur l’importance du choix des acteurs, il faut croire que la lenteur dont mes recherches font preuve pour s’attacher à une entité le démontrent. Ce n’est pas dans le discours des acteurs mais dans leurs actions au sein d’un collectif qu’ils concourent à faire vivre que l’on peut évaluer la valeur “sociologique” des acteurs. Mon projet de recherche-action s’apparente à ce type de dispositif, ce n’est en aucune manière un bureau de production, ni une expertise sur l’action culturelle de la Fondation de France mais pas seulement une thèse distanciée des acteurs, c’est un dispositif qui contribue à faire émerger de nouvelles formes d’organisation (à partir des modalités de la Fondation, Nouveaux Commanditaires et Initiatives d’Artistes) et des connaissances capables de les décrire et d’agir sur elle, pour reprendre les termes de Callon.

L’autre question abordée par Michel Callon concerne le transport des savoirs, c’est-à-dire leur traduction afin qu’elles acquièrent en robustesse en étant soumises à la controverse et utilisables en plusieurs points. La question de la soumission des entités à la controverse pour assurer la robustesse de leur représentation est importante. Il me faudra donc avoir une image claire des controverses en jeu dans le domaine auquel j’attache mon travail de recherche (cartographie?).

Cet aller et retour au sein d’un cercle de pair définit le travail du sociologue et délimite les contours de ses attachements auxquels doivent succéder des phases de détachement. C’est en ce sens que le dispositif Music In Process ne peut devenir en aucune manière un bureau de production, il nous faudra à un moment donné nous détacher.

“Laissons-nous guider par ces simples questions que nous avons à résoudre au jour le jour: à qui décidons-nous de nous attacher? De qui est-il temps de se détacher? Comment organisons-nous ce détachement et le transport d’un lieu à un autre?”

Posted in Lectures / Readings | Tagged , , | Leave a comment

Agir en Musiques

La thèse dont le titre provisoire est « Agir dans les musiques du monde. Entre imaginaires et planification » porte sur « le monde des musiques du monde » tel qu’il se définit et redéfinit par les actions des acteurs en musique. Le terrain comporte deux cas d’étude qui sont deux expérimentations choisies dans le cadre de la mise en place d’un programme d’aide envers les musiques du monde par la Fondation de France : l’accompagnement et la structuration d’un artiste, Jean-Didier Hoareau et une commande d’œuvre à l’attention d’une école de musique pour amateurs, les Musi’Terriens. Nous essaierons de comprendre comment les façons de faire des acteurs font exister les structures et délimitent dans une situation donnée ces musiques. Nous porterons une attention particulière à l’articulation entre les imaginaires coexistants dans les situations étudiées, les actions planifiées afin de donner lieu à une situation voulue et les actions réalisées faisant de ce fait exister situations et structures à un moment donné. La méthodologie vise à porter son attention sur la description de ces cas. Le processus d’enquête et sa mise par écrit est donc le moteur central de cette thèse. Qu’est-ce qu’il faut engager ou à quoi faut-il renoncer dans la description pour rendre une situation “expérimentable” ? Qu’est-ce que l’on a devant soi lorsque l’on décrit une situation réalisée ? Que reste-t-il de la description des actions planifiées, des erreurs et que raconte-t-elle des situations ?

Posted in Non classé | 1 Comment