Musiques du monde: premières réflexions sur une catégorie qui n'existe pas # 1

Ce billet est un essai de réflexion sur la non-existence des musiques du monde comme catégorie capable de décrire le réel d'une action en musique. Je m'appuie ici sur les idées du sociologue des sciences Bruno Latour à propos de la sociologie de Gabriel Tarde1. Bruno Latour s'interroge sur la signification de la phrase de Tarde: "Qu'est-ce que la société? On pourrait la définir de notre point de vue : la possession réciproque, sous des formes extrêmement variées, de tous par chacun"((Monadologie et Sociologie)). Le sociologue s'attache d'abord à expliciter l'expression "la possession réciproque de tous par chacun", qui est loin de définir un état de choses chaotique où chacun pourrait inférer dans les affaires de l'autre. Il en dégage deux état de possession, une posture engagée et une posture flottante: "Même chose évidemment pour le chef d'orchestre, les violons, les tambours ou le gambiste: chacun possède tous les autres, mais la répartition des secteurs flottants et des secteurs engagés de l'attention varie en fonction de chacun". Cette vision n'est pas sans rappeler celle de Walter Lippman lorsqu'il essaie de définir un engagement commun et minimal du public en politique2. Chacun déploie tour à tour et en même temps une attention flottante à l'ensemble de l'orchestre, pour, au moment opportun pouvoir jouer le morceau de la partition dévolu à son instrument, c'est l'aspect engagé de l'attention. Que se passe-t-il si l'on remplace l'entité "chef d'orchestre" par "musiques du monde": sur quelles musiques travailles-tu? -Les musiques du monde!; c'est quoi sa musique? De la World Music! C'est un festival de musiques du monde? (mais en écrivant cela, je m'aperçois que ces expressions sont un peu surfaites, on ne les emploie pas dans la vie réelle, ou alors pour définir l'activité d'un critique musical ou d'un chercheur. Aucun musicien ne dira: je joue des musiques de monde, l'expression s'applique donc aux gens qui s'occupent de faire exister la musique en-dehors de la pratique). Lorsqu'une artiste se présente en disant : "je suis chanteuse, auteur-compositeur et j'ai créé une école de musiques actuelles du monde", est-ce que l'on peut dire que cette artiste déploie une attention flottante aux musiques du monde, musiques auxquelles elle s'attache plus fortement à certains moments de sa pratique? A l'inverse, l'entité "musiques du monde" n'existe que parce que des acteurs lui prête attention d'une manière ou d'une autre. De quelle manière les acteurs lui prêtent-ils attention? Est-ce que cette attention passe uniquement par les mots, le dire (et dans ce cas, peut-elle exister en-dehors de ce qu'un individu dit de la musique d'un autre individu?)? Existe-t-il des gestes, des compétences, des mimiques, etc, qui "prouverait" que la musique que l'on fait, met en scène, promeut, est de la musique du monde?

Pour Bruno Latour (qui analyse Tarde), le chef d'orchestre n'est en aucune manière un être supérieur capable de superviser l'ensemble, de lui donner un ordre, de même que la musique n'est pas un tout dans lequel les parties s'ordonneraient pour faire advenir l'existence de ce tout supra-organisateur: "il y a autant de touts qu'il y a d'entités puisque chacune possède toutes les autres sous un certain aspect (c'est la définition même d'une monade: refléter le monde entier sous un point de vue spécifique)". Envisager la musique et les musiques du monde non pas comme un tout surplombant, capable d'expliquer les actions des individus agissant en musique mais comme une partie, nous ouvre de formidables perspectives. Bruno Latour continue: " il ne faut donc plus dire que les parties 'rentrent' à l'intérieur d'une totalité, mais que les totalités emboîtées simplifient une portion infime de leurs mondes pour laisser passer de l'une à l'autre un fragment d'entre elles pris pour le tout", puis un peu plus loin, il continue: "le tout est une partie prise pour le tout et qui circule autrement grâce à des formes auxquelles auxquelles il faut porter la plus extrême attention". Donc, il y a bien une différence entre ce tout et les parties, non pas en termes de propriétés mais dans ces formes de circulation. C'est aux formes de circulation de l'entité "musiques du monde" auxquelles il faut dorénavant faire attention.

"L'harmonie est simplement l'effet, il est vrai miraculeux - mais cette fois-ci dans le sens de ténu, de fragile, de provisoire - par lequel des totalités se laissent parcourir, pour une partie au moins de leurs qualités et pour un temps seulement, par un groupe de caractéristiques qui les rend un tout petit peu plus semblables entre elles - avant qu'elles se mettent à différer, à diverger à nouveau". Ce qui signifie que la totalité "musiques du monde" existe de façon éphémère et acquiert un sens à un moment donné, uniquement parce qu'un certain nombre d'entités possèdent durant ce moment des "caractéristiques un tout petit peu semblables", sachant que le propre de ces totalités et de ces entités est de circuler, par conséquent, celui des caractéristiques est de diverger quoiqu'il arrive.

"Il n'y a, dans l'ontologie de Tarde, ni individu, ni groupe mais des individualisations et des regroupements". Ce ne sont donc pas les musiques du monde qui préexistent à la réalité en train de se former ou à la musique en train de se pratiquer, et qui de ce fait permettrait de l'expliquer mais bien la réalité en train de se former qui peut conduire de manière éphémère à une individualisation que l'on pourrait nommer "musiques du monde": "toute l'oeuvre de Tarde consiste à ce qu'on ne confonde pas l'explication avec ce qu'il convient, au contraire, d'expliquer", ce qui revient à dire, dans notre cas que l'on ne peut considérer les musiques du monde comme un genre stabilisé capable d'expliciter les actions en musiques mais c'est au contraire cette mise en genre qu'il faut questionner et mettre en perspective: quand advient-il et de quelle manière?3 Il faudra donc s'intéresser à la circulation et aux regroupements de caractéristiques. Là-encore, Tarde à travers Bruno Latour, nous donne une piste:

"Il n'existe pas de groupe, mais les blocs provisoires de choses imitées recrutent autour d'elles des assemblages qui font groupe partiellement et pour un temps. (...) il y a d'abord des circulations d'imitations et ensuite des êtres dont on induit l'existence à partir de la variation qu'ils font subir aux flux d'imitations. (...) Partez des rayons imitatifs qui sont en effet des regroupements indivisibles de qualités et vous allez en induire de proche en proche l'existence provisoire de groupes et d'individus -c'est-à-dire de monades provisoirement regroupées et individualisées, avant qu'elles se redifférencient à nouveau. (...) Le tout n'est pas une totalité, mais une esquisse, un fil fin comme un trait de crayon, qui parcourt les totalités et parvient à les faire consentir à confier une partie d'eux-mêmes".

Ce qui va donc nous intéresser dorénavant ce sont donc les blocs, circulations et flux d'imitations qui permettent à une totalité de s'esquisser à un moment donné. Par exemple, si on reconnecte cette réflexion à mon terrain, qu'elles sont les blocs, les flux qui circulent et qui permettent d'esquisser au sein de l'école des Musiterriens une pédagogie des musiques actuelles du monde?

Comme on peut le voir, l'entité "musiques du monde" n'est en aucune manière un tout supérieur aux parties qu'il justifie et explicite, bien au contraire, c'est sa fragilité qui la caractérise, car elle dépend de regroupements éphémère et toujours voués à se disperser: "l'harmonie, cette divine harmonie qui n'émerge que parce qu'elle n'est justement jamais un tout supérieur aux parties, mais ce par quoi les parties, chacune prise comme un tout, parviennent à se laisser posséder, pour une fraction d'elles-mêmes et seulement pour un temps 'sous des formes extrêmement variées".

  1. La société comme possession - la "preuve par l'orchestre", Bruno Latour. Chapitre préparé pour un livre de Didier Debaise (sous la direction de ) ANTHOLOGIES DE LA POSSESSION, Presses du réel, parution décembre 2011 []
  2. Bruno Latour présente le PUBLIC FANTÔME de Walter Lippmann, Paris, Editions Demopolis, 2008 []
  3. pour le dire autrement,quand émerge-t-il, il existerait des modes d'émergence flottants pendant lesquelles les musiques du monde sont là parmi d'autres choses et des modes d'émergence engagés durant lesquels un certain nombre d'entités se regrouperaient pour former une sorte d'harmonie []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet
This entry was posted in Lectures / Readings. Bookmark the permalink.

One Response to Musiques du monde: premières réflexions sur une catégorie qui n'existe pas # 1

  1. Rushkoff says:

    Carnet très intéressant. Ce billet tout particulièrement!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">