Reflexion sur mon positionnement dans la recherche-action #1

D’après l’article de Michel Callon, « Ni intellectuel engagé, ni intellectuel dégagé: la double stratégie de l’attachement et du détachement », in Sociologie du Travail (1999) 41, 65-78

Dan cet article, Michel Callon emprunte à la sphère de l’action politique le terme de porte-parole et définit le travail du chercheur comme une double mission:

-Représenter, c’est-à-dire « s’établir en porte-parole légitime et incontestable » d’une entité

-Et intervenir « dans la constitution, dans la mobilisation de cette entité ».

Mais qu’est-ce qu’une entité. Pour les sciences dures, la compréhension semble intuitive: l’Adn, le quarks, le neutrino, etc. Mais en sciences sociales, à quoi peut bien ressembler une entité constituée et représentée par un chercheur ? Michel Callon donne quelques exemples « d’entités qui composent notre monde commun »: « habitants d’un village dans le Vaucluse, bandes d’adolescents vivant dans la rue, aliénés enfermés dans des hôpitaux psychiatriques, familles redéfinissant leurs rapports internes », etc. Cette façon de représenter la sociologie au travers des entités représentées par les chercheurs permet de s’écarter d’une division en « théories » et d’appréhender des entités souples qui peuplent notre monde commun. Pour que celles-ci « entrent durablement dans notre société », précise Callon, il faut que la représentation qu’en propose les chercheurs soient robustes.

Ce qui est plus difficile à comprendre, c’est la nuance entre le dévoilement et la représentation. « Le sociologue ne dévoile pas : il représente, et son succès dépend de sa capacité à rendre robustes ses représentations », écrit Callon. Ces entités ne préexistent donc pas à une activité du chercheur qui serait de l’ordre de la découverte. Elles ne sont pas non plus entièrement construites par le chercheur puisqu’il en est le porte-parole. Le sociologue agirait donc de telle sorte à mettre en place un dispositif qui permette tout à la fois à l’entité de trouver sa place et au chercheur de se constituer comme porte-parole. La robustesse de la représentation se construit donc dans une alliance entre l’entité et le sociologue. Cette réflexion est un prélude à la constitution d’une « sociologie performative ». « Aux acteurs agis par des structures, noyés dans des contextes, ballotés par des champs, mis en scène par la sociologie du dévoilement (ou de l’Aufklärung), cette deuxième forme de sociologie substitue des acteurs faisant flèches de tout bois pour constituer de nouveaux collectifs, pour se donner de façon réflexive et volontaire des environnements à leur action et pour les mettre en forme ».

Le sociologue est donc engagé non parce qu’il prend parti politiquement pour une cause mais parce qu’il est attaché à une entité à laquelle d’autres acteurs sont attachés. « Les questions, généralement qualifiées de théoriques, que le sociologue se posait, voilà qu’on découvre que certains acteurs se les posent, et que c’est parce qu’ils se les posent que ces questions ont des réponses ». Dans le cas qui occupe ma recherche qui lie une institution, la Fondation de France, une école de musiques, des amateurs et des musiciens, la « maxime » édité par l’auteur s’applique parfaitement: « la sociologie ne peut faire l’économie de cette collaboration avec ceux qu’elle étudie, collaboration qui laisse aux sujets sous analyse toute l’autonomie dont ils ont besoin et qui les dote de tous les instruments d’auto-réflexivité qu’ils requièrent ». C’est ce que j’essaie de faire en communiquant le cours de mes réflexions et recherches, les documents que j’utilise aux les acteurs. Cet échange doit donc se faire dans tous les sens et vers tous les acteurs, y compris la Fondation de France. Callon continue: « Le tissu est sans couture. Emergeront sans aucun doute de ce processus de nouvelles formes d’organisation sociale mais également les connaissances permettant de les décrire et d’agir sur elles ». Il me semble que ce point est important, la co-construction d’une forme d’organisation collective et des connaissances permettant de les décrire. De même lorsque le sociologue insiste sur l’importance du choix des acteurs, il faut croire que la lenteur dont mes recherches font preuve pour s’attacher à une entité le démontrent. Ce n’est pas dans le discours des acteurs mais dans leurs actions au sein d’un collectif qu’ils concourent à faire vivre que l’on peut évaluer la valeur « sociologique » des acteurs. Mon projet de recherche-action s’apparente à ce type de dispositif, ce n’est en aucune manière un bureau de production, ni une expertise sur l’action culturelle de la Fondation de France mais pas seulement une thèse distanciée des acteurs, c’est un dispositif qui contribue à faire émerger de nouvelles formes d’organisation (à partir des modalités de la Fondation, Nouveaux Commanditaires et Initiatives d’Artistes) et des connaissances capables de les décrire et d’agir sur elle, pour reprendre les termes de Callon.

L’autre question abordée par Michel Callon concerne le transport des savoirs, c’est-à-dire leur traduction afin qu’elles acquièrent en robustesse en étant soumises à la controverse et utilisables en plusieurs points. La question de la soumission des entités à la controverse pour assurer la robustesse de leur représentation est importante. Il me faudra donc avoir une image claire des controverses en jeu dans le domaine auquel j’attache mon travail de recherche (cartographie?).

Cet aller et retour au sein d’un cercle de pair définit le travail du sociologue et délimite les contours de ses attachements auxquels doivent succéder des phases de détachement. C’est en ce sens que le dispositif Music In Process ne peut devenir en aucune manière un bureau de production, il nous faudra à un moment donné nous détacher.

« Laissons-nous guider par ces simples questions que nous avons à résoudre au jour le jour: à qui décidons-nous de nous attacher? De qui est-il temps de se détacher? Comment organisons-nous ce détachement et le transport d’un lieu à un autre? »